Vendredi 13 octobre

La balle en cascade.

Tous les matins, la journée de classe commence par deux « rituels ».

Assis en cercle, chaque enfant est salué d’un « Bienvenue », suivi de son nom. 30 Voix qui s’unissent pour accueillir chacun. J’aime rencontrer tous les regards dans ces moments ainsi qu’entendre « Bienvenue Marie ». C’est chaleureux, doux et joyeux. Un accueil inconditionnel de l’Autre, quoi qu’il puisse dire, quoi qu’il puisse faire. Juste invité pour ce qu’il est.

Le second rituel: La balle en cascade. Ce jeu a été initiée par une alliée avec moi dans cette aventure, psychologue scolaire, elle intervient régulièrement dans la classe depuis le début de l’année pour nous accompagner sur le chemin de la connaissance de soi et des autres, de la bienveillance et de l’empathie, du vivre ensemble joyeux et du bien-être. A travers des jeux et des activités chacun se révèle à soi et aux autres.

Durant ce second rituel, une balle passe de main en main. À tour de rôle, chaque élève la prend et dit son prénom suivi de sa météo intérieure (un « Comment je me sens? »), il passe ensuite la balle à son voisin. Par exemple Noé formule: « Je m’appelle Noé et je me sens joyeux « . Ensuite, une fois que la balle a fait le tour du cercle, elle repart dans le sens inverse. Alors chaque enfant fait passer la balle à son voisin en reformulant ce que ce dernier a dit. Elisa, passe la balle à Noé en lui disant  » Tu t’appelles Noé et tu te sens joyeux ». Cette reformulation permet à chacun de se sentir écouté par l’autre dans l’émotion qui le traverse. Un lien entre deux Etres qui se crée. Une forme d’écoute que l’on retrouve dans la Communication Nonviolente. Cela crée un apaisement dans le groupe et me permet aussi de mesurer dans quel état sont les enfants de façon à mieux appréhender les apprentissages de la journée. Certaines fois, des mots m’indiquent qu’un enfant va avoir besoin d’une écoute ultérieure, des « Je me sens angoissé », « triste », « en colère » ou encore: « Je ne sais pas comment je me sens » (tellement parlant …).

Je suis touchée de voir l’intensité avec laquelle les enfants reformulent les propos de leurs camardes durant ce rituel. Et je me régale d’entendre un enfant reformuler mon ressenti du moment.

Il y a quelques jours, j’ai dit que je me sentais fébrile. Plusieurs élèves m’ont alors demandé le sens de ce mot. Alexis a eu l’idée de prendre un dictionnaire pour en lire la définition. Moment de grâce: 30 élèves en train d’écouter avec intérêt Alexis lire la définition du sentiment peu confortable qui m’animait. Et moi de m’exclamer : « Oui, c’est tout à fait ce que je ressens en ce moment! ». D’un coup, une légèreté, un soulagement en moi, celui que l’on ressent quand on se sent entendu, compris, quand la reformulation de l’autre nous apporte une clarté sur notre état intérieur.

Sourires du collectif, regards tendres des enfants, soleil en moi. La puissance de l’Empathie en direct … et pas de la façon dont je l’avais imaginée.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s