Vendredi 17 novembre, 18h

Deux jours à observer le collectif classe et à me dire que l’ambiance est « électrique ». Des conflits au sein du groupe, des tensions entre nous. Un temps de concentration réduit. Des enfants qui me demandent de répéter les consignes, une mise au travail laborieuse. Envie que la journée de classe se termine … Une attente rare chez moi.

Un questionnement hier en fin de matinée : Que se passe-t-il?

Une clarté là ce soir: depuis deux jours j’étais moi-même dans un état « électrique », fébrile, de nombreuses tensions en moi. Et ce matin : de retour dans mon espace paisible. En revoyant le déroulé de cette journée, je constate que le calme est revenu au sein du collectif. La coopération est de retour, les conflits semblent s’être résolus sans que j’ai à mettre en place des régulations. Et aussi: les enfants sont entrés dans le travail proposé.

« L’effet neurones miroirs », me suggère la psychologue scolaire, et je me dis : Pourquoi pas ?… Mes émotions qui se refléteraient sur l’état du collectif …

Pensive …

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s