Mercredi 22 novembre

Partage d’un nouvel article écrit à deux cette fois, Philippe Clement et Marie Ecrit. Croisement joyeux de deux plumes.

La classe ose la Gépécé !

Marie et Philippe entretiennent d’amicales et chaleureuses relations. La Communication Nonviolente les a réunis et, depuis quelques mois, ils échangent assidûment leurs visions des événements qui émaillent leur vie.
Il y a peu, profitant d’un voyage de Marie dans le « grand Nord de son beau Sud », ils se sont rencontrés à Orléans. Le temps vécu « en présence » a renforcé les liens virtuels et joyeux, fructueux, qu’ils avaient créés.
Philippe a été témoin enthousiaste des prémices du projet de Marie pour sa classe et, tout naturellement, ce qui s’y vit occupe dans leurs conversations une place privilégiée.
Ils choisissent aujourd’hui de vous faire partager l’un de leurs échanges parce qu’ils restent émerveillés de ce que peut faire naître une relation simple et fluide entre deux personnes qui cheminent en confiance. Vous entrez dans un échange « du tac au tac ». Nous l’avons laissé tel qu’il s’est déroulé en direct.
Marie Ecrit: Mardi matin, 8h45, le collectif vient de voter pour faire sport maintenant. Trente voix contre une: la mienne. Et là je suis frigorifiée sur le terrain de sport … Mon unique objectif en votant « contre » était d’éviter cette situation. Philippe : Inconvénient du vote majoritaire. Avantage de la GPC (Gestion Par Consentement): Prendre en compte les objections et les bonifier pour les lever. Ici, par exemple, que peut-on proposer pour que la maîtresse ait suffisamment chaud sur le terrain de sport ? Marie Ecrit: Je ne pense pas encore avoir tout compris dans la « Gestion Par Consentement » mais bon: on teste et on voit ensuite .
Philippe envoie à Marie une citation d’Albert Einstein  » La connaissance s’acquiert par l’expérience. Tout le reste n’est qu’information« . Marie Ecrit: Donc, fin de la séance de sport et retour en classe. Je dis aux enfants « J’ai eu froid sur le stade, je crois que je préfère quand il y a sport l’après midi du coup « . Réponse de Maud: « Ben on a voté , c’est comme ça« . Léo, lui au contraire dit : « On ne fait plus sport le matin pour pas que tu aies froid« . Chacun parle à son voisin, début d’agitation . Il y a ceux qui ne veulent pas que la « Maîtresse » ait froid et ceux qui disent que le groupe a voté cette décision, que la majorité l’emporte. Je reprends la parole et leur dit: « Je crois qu’en fait j’ai ressenti une frustration ce matin, quand le collectif a choisi une décision qui n’était pas la mienne. » Philippe : Oui, tu t’y étais soumise ; tu n’y avais pas consenti.
Marie Ecrit: Oui, c’est ça! Puis je demande aux enfants : « Est-ce que ce que je viens de ressentir est déjà arrivé à l’un d’entre vous ?« . Plusieurs enfants me répondent que, oui, eux aussi ont déjà ressenti cela. Un enfant dit : « Mais c’est comme ça quand on vote » . Je leur dis alors:  » Comment pourrait on faire pour que cela n’arrive plus? Que plus personne ne soit déçu par une décision prise par le collectif ?”. J’observe que c’est le bazar depuis quelques minutes , le sujet semble passionner les enfants, ils en oublient de lever la main , se coupent la parole … Certains disent qu’il n’y a, de tout façon pas d’ autres solutions que le vote. Je leur annonce alors que j’ai une idée à leur soumettre et j’écris « Gestion Par Consentement  » au tableau et rajoute: « Voilà, dans cette situation que nous venons de vivre , je crois que, pour que tout le monde s’y retrouve, nous pourrions tenir compte à la fois de votre envie de faire sport et de moi qui n’ai pas envie avoir froid.« . Les propositions des enfants fusent : “ Tu fais sport avec nous pour te réchauffer!”, “Tu mets un pull!”, On va faire sport au gymnase!”. Je leur dis que la seconde proposition me va.
Philippe : Stop ! Objection levée ; c’est réglé. Tour de vérification par consentement de la proposition bonifiée « On va faire du sport le matin et Marie met un pull ». Chacun-e dit « Je consens » ou émet une nouvelle objection. Si tout le monde consent… la proposition est celle de tout le monde. C’est bâché ! Marie Ecrit: En effet, je leur dis que la seconde proposition me convient, que je prendrai un pull en plus dans mon sac pour quand il y aura sport le matin. Je rajoute que c’est ok pour moi d’aller en sport le matin dans ces conditions, que je suis touchée que le groupe ait pris en compte mon avis et cherché une solution avec moi.
Sourire général. J’écris à présent au tableau : « Vote », à côté de « Gestion Par Consentement » déjà noté . Et je leur dis : »Jusqu’à présent nous utilisons le vote, là nous venons d’utiliser la « Gestion par consentement ». Qu’est ce que vous préférez ?« . Et je rajoute : « C’est l’heure de la récréation, nous n’allons pas prendre de décision maintenant, je vous laisse y réfléchir et on en reparle. » Mais en fait, ils continuent à vouloir parler. Plusieurs s’exclament : « On veut ça! » (en montrant mes derniers mots écrits au tableau). Louis insiste quand même:: « Nous devons voter pour savoir si l’on change de façon de voter « … Et enfin Nathan fait une suggestion, qui mérite réflexion: « Maîtresse , pourquoi à la place de voter pour un président on ne fait pas ça ?« .
Philippe: Tu pourrais écrire un article là dessus… Marie Ecrit: Alors, figure-toi que j’y avais pensé. Le truc c’est que je me disais que je ne maîtrise pas assez le sujet (GPC ) pour prétendre le mettre en place dans ma classe … Philippe : C’est juste ça que je trouve génial ! Tu te rends compte de ce que ça veut dire ? Marie Ecrit: Heu … Que l’idée de la GPC est pas mal ? Philippe : Bon. Alors moi je vais te dire ce que ça veut dire pour moi. Ça veut dire que c’est normal ! Ça veut dire que c’est naturel, que c’est dans la nature des enfants. Donc de nous tous, au départ. Que « prendre soin » c’est naturel. Qu’écouter les besoins des autres, c’est naturel. Que la Démocratie coopérative, c’est dans le sang à la naissance. Et qu’il suffit d’essayer – même en néophyte total – … et que ça marche ! C’est génial ! Je suis heureux comme …comme …Heu …comme moi ! Marie Ecrit : Ok pour l’article. A deux mains alors, Marie Ecrit avec Philippe Clement ? Philippe : Ok !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s