Jeudi 23 novembre

Tendresse.

10h30, fin de la récréation, je me dirige vers la classe. La porte est fermée, je l’ouvre. Des enfants écrivent au tableau et me crient: « Non! Ressors! ». Marche arrière, je referme la porte. Une émotion qui monte en moi, je me doute de ce qui se passe. J’attends. Rapidement un: « Tu peux venir! » qui m’appelle. Je rentre. Ils sont cachés sous les tables, le tableau est recouvert de mots tendres. Ils sortent de leur cachette en criant « Maîtresse on t’aime! ». Mes yeux humides, des larmes qui finissent par couler. Un « La maîtresse pleure ». Mes mots sont encore là, je leur explique : « Oui, je pleure, je suis émue, touchée par vos mots ».
Et là, une chose que je n’avais pas anticipée, qui ne s’est encore jamais produite dans ma carrière:
Les enfants se mettent à compter: « 1, 2,3… câlins! ». Manon se dirige vers moi en disant: « On y va! » et m’entoure de ses bras, d’autres enfants font comme elle. Des cercles qui se forment autour de moi, tous les uns contres les autres.
D’abord la surprise de voir ces êtres s’agglutiner autour de moi. Quelques secondes de crispation, un début de « Une maîtresse ne fait pas cela » qui arrive, mes anciens réflexes qui tentent un retour. Et le plongeon dans la douceur qui se fait, mes bras qui se posent sur les enfants, une détente, une chaleur, c’est tellement joyeux. Partage. Notre collectif dans un câlin géant. Frissons dans mon dos.

Plus de mots.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s